LA FRANCE MUTUALISTE 21Boulevard des Brotteaux 69006 LYON Tel: 04 72 10 06 75 Fax: 04 72 10 90 29

Mail : lyon691@la-france-mutualiste.fr


HISTORIQUE DU COMITE DE LIAISON

 En 1964 , à la suite d'une allocution prononcée par un ancien combattants dont les termes avaient fait l'objet de remarques de la part du Préfet du moment, les Associations d'Anciens Combattants décidérent de créer un Comité pour éviter qu'une telle situation se renouvelle . Ce Comité composé à l'origine de l'UDAC , du Comité de Coordination des Associations de Prisonniers de Guerre Anciens Combattants.Du Comité de Liaison des Associations de la Résistance , de la Maison du Combattant de la Libération , du Comité d'entente des Grands Invalides de Guerre prit le nom de Comité Départemental de Liaison des Associations d'Anciens Combattants du Rhône . Mr THIERRY de l'Association des APG-CATM en était le secrétaire général et le siège fut établi rue de la Platière ; En 1966 , la FARAC dont le Président était le Général ALLEMANE , rejoignit le Comité . Chacune des six familles était représentée au sein  de ce Comité par trois membres . Il s'était donné comme objectif d'entreprendre des actions communes et de désigner l'orateur prenant la parole au nom des Anciens Combattants lors des cérémonies nationales ou locales en particulier le 8 Mai , le 3 Septembre ,et le 11 Novembre ainsi que la personne qui déposerait les gerbes à cette occasion . Les allocutions étaient présentées avant la cérémonie à un comité de lecture.

A la mort de Mr THIERRY en 1985 , sur proposition du Général ALLEMANE , le Général Jean BRUN fut nommé à l'unanimité des membres en remplacement de Mr THIERRY . Le Conseil Général allouait une subvention pour le fonctionnement du Comité,l'achat des gerbes dont celle du 16 octobre pour la cérémonie en mémoire des morts en AFN commémorée à cette date à cette époque et pour le transport des porte-drapeaux , en car TCL . Cette subvention n'est plus versée depuis plusieurs années.

Egalement à cette époque , le PCF et la CGT déposaient des gerbes le 8 mai et le 3 septembre devant la Stéle du Veilleur de Pierre. Ces deux  organismes n'ayant pas été appelés un 8 mai , à l'initiative du secrétaire général approuvé par le comité , il s'en suivit un incident devant la stèle . Après diverses discussions avec le Député FITERMANN , il fut admis que les partis politiques ne déposeraient dorénavant leurs gerbes qu'avant ou après la cérémonie officielle.

Lors des cérémonies du 8 mai et du 11 novembre qui avaient lieu place Bellecour,l'UDAC lisait à la tribune , le message de l'UDAC ce qui agaçait certains membres du Comité . La lecture de ce message a été supprimée et seule reste l'allocution du représentant des Anciens Combattants , vérifiée par le comité de lecture du Comité de Liaison.

Puis les ACPG/CATM ont établi leur siège cours Charlemagne . Le Comité de Liaison en a fait de même a ce moment là , à l'initiative de l'UDAC , il a été projeté de faire reconnaître officiellement le Comité en le déclarant en Préfecture , mais aucune suite n'a été donnée à ce projet.

Mais un événement a incité le Comité a transférer son siège à la Maison du Combattants de la Libération ; louis DREUX qui avait pris la Présidence de l'UFAC du Rhône , comme elle souhaite se faire appeler maintenant , était en procès avec le Président des APG/CATM suite à un article paru dans  le journal de cette association RADAR , était donc  " persona non grata " au siège cours Charlemagne.

Egalement une nouvelle loi interdisait aux collectivités de verser une subvention aux Associations qui n'étaient pas déclarées en préfecture ce qui amena le Comité à se déclarer le 7/10/2002 sous le numéro 487 en Préfecture au titre de la loi de 1901 , après une assemblée constitutive tenue le 25/09/2002 . Cette déclaration a paru au JO du 9/11/2002 . Les statuts faisaient état des six anciennes familles auxquelles s'était rajouté le Souvenir Français.

Dans l'article5 des statuts , les buts étaient ainsi définis "Regrouper les associations d'Anciens Combattants pour coordonner le déroulement des cérémonies nationales du souvenir en liaison avec les Autorités Civils et Militaires". Ce Comité regroupait donc l'UFAC et ses associations , la FARAC et ses Associations , Le Comité d'Entente des Grands Invalides de Guerre , les Prisonniers de Guerre Anciens Combattants représentés par les ACPG/CATM , la Maison du Combattant de la Libération et ses associations adhérentes , les Médaillés de la Résistance représentant la Résistance plus le Souvenir français. On retrouvait là toutes les générations d'Anciens Combattants. Les statuts avaient été envoyés à touts les membres ce que contestait le Président de la FARAC alors que le secrétaire du Comité , Elie Soulima , affirmait les avoir envoyés . Aussi  dans une réunion du Conseil d'Administration de la FARAC après un vote ou le secret des votes n'était pas assuré , la FARAC en mars 2004 décidait de quitter le Comité. Mais un certain nombre d'Associations de la FARAC tenaient à rester au Comité et furent donc admises progressivement dans le Comité par son Conseil d'Administration . Afin de mettre en adéquation la situation du moment et les statuts , un projet de statuts ou apparaissait le Nom des associations avait été élaboré dès 2005 , sans être déposé en Préfecture ; Mais comme le nombre des Associations adhérentes appartenant ou non à la FARAC évoluait un nouveau projet dans lequel n'apparaissait pas le Nom des Associations fut approuvé en Assemblée Générale Extraordinaire le 29 mai 2008 par les associations présentes ou représentés.

Le 4 septembre 2008 le président de la FARAC qui avait les nouveaux statuts entre les mains bien que cette Fédération n'appartenait plus au Comité annonçait au Conseil d'Administration de la FARAC que les Associations avaient le choix entre la FARAC et le Comité mais qu'elles ne pouvaient pas appartenir aux deux systèmes.

En dehors de deux Associations qui ont quitté le Comité la vie de celui ci continue comme par le passé.

Financiérement , le Comité tient ses ressources des cotisations des membres d'une subvention de la Ville de Lyon et poursuit la désignation des Orateurs parlant au Nom des Associations d'Anciens Combattants et à déposer les gerbes devant les monuments ou stéles lors des cérémonies nationales. Le Comité ne demande pas aux Associations de choisir entre lui et la FARAC . Ont ils les mêmes objectifs d'ailleurs? Le Comité ne veut pas intervenir dans leur fonctionnement interne , mais cherche seulement à unir toutes les Associations d'Anciens Combattants comme cela a pu être fait , au delà de leurs différences , lors de l'édification du monument pour les Morts pour la France du Département en Algérie,Tunisie et Maroc dont le Président du Comité a été le principal instigateur . Veiller à la défense des droits et des devoirs des anciens Combattants et de renforcer les liens entre les différentes générations comme il est dit dans les statuts du Comité semble être un objectif  qu'une Association d'Anciens Combattants peut se fixer. 

Le WEBMASTER