LA FRANCE MUTUALISTE 21Boulevard des Brotteaux 69006 LYON Tel: 04 72 10 06 75 Fax: 04 72 10 90 29

Mail : lyon691@la-france-mutualiste.fr


La guerre d’Indochine (1948-1950)

Comme son prédécesseur le général Valluy, le général Blaizot estime que la solution de la guerre d’Indochine, si elle peut être trouvée, est située au Tonkin. Mais ses visées stratégiques vont se heurter aux conceptions des hommes qui ont la charge politique de l’Indochine. Les  militaires sont pour l’attaque au nord, les politiques pour la défense et la pacification au sud. Au lendemain des accords Auriol-Bao Dai de mars 1949, le  Haut-Commissaire Léon Pignon fera basculer vers le sud tout l’effort militaire qui avait commencé au nord. Cependant, dès son arrivée en Indochine le 11 mai, le général Blaizot prépare une nouvelle  offensive contre le « réduit national » vietminh au Tonkin. Celle-ci aura lieu à l’automne, mais avec des moyens réduits, et pour une durée limitée, car elle sera interrompue par le renversement de la stratégie. C’est d’abord l’opération « Ondine » avec le parachutage de 600 hommes dans la région de Vietri et la prise de Sontay. Quinze jours plus tard, le 20 novembre 1948, c’est « Pingouin » avec le parachutage du 1/1er RCP sur Van Dinh. Ce sera en fin d’année »Pégase » et le nettoyage de la région de Phuly. En février 1949, le plan tonkinois du général Blaizot est abandonné après « Diane » dans la vallée du Fleuve Rouge. Mais il reprendra en avril et mai 1949 avec « Pomone » entre le Fleuve Rouge et la Rivière Claire, puis avec »Bastille » et « Canigou » en juillet et août , dans la région de Bac Ninh, Phu Lang Thuong, Vinh Yen et Phuc Yen. Le Vietminh avait partout repris la guerilla, mais refusait le combat devant nos unités.

Au Tonkin, le général Blaizot décide de replier tous les postes de Haute-Région, comme le recommandait le sévère rapport du général Revers. Le 2 septembre 1949, le général Carpentier remplace le général Blaizot. Le drame prochain du Tonkin se nouait déjà.Il allait être précipité par l’arrivée des communistes chinois à la frontière en décembre 1949. A la fin de 1949, le général Alessandri entreprend l’occupation du delta et d’abord de la région des évêchés de Phat Diem et du Bui Chu. Au début de 1950, le Vietminh lance ses premières offensives d’envergure aux confins du Laos et du Tonkin, au pays Thaï et enfin sur la R.C 4, dans le but de détourner le CEF de »l’Indochine utile » du delta. Les  postes sont dégagées , mais d’ores et déjà se trouvent délimitées des « zones vietminh » et des « zones contrôlées ».

Le 2 septembre 1950, l’évacuation de Cao Bang est enfin décidée tandis qu’une opération de diversion est lancée : l’occupation de Thaï Nguyen. Le 10 octobre, ce sera le repli de Thaï Nguyen , car celui de Cao Bang entamé le 3 octobre  malgré la chute du poste de Dong Khé le 18 septembre, a tourné à la catastrophe : 4 000 tués et disparus de la colonne Charton partie de Cao Bang et de la colonne Le Page partie de Lang Son. Quelques semaines plus tard, Langson sera évacuée en hâte.