ATTENTION  à partir du   1er Mars 2021 nouvelle adresse de l'ONAC VG

 Service départemental de l'ONACVG du Rhône    Quartier Général Frère  BP 41   22, avenue Leclerc 69998 LYON CEDEX 07        Mail :       magali.molina@onacvg.fr  Tél Standard: 04 81 11 51 60

L’opération BOALI en République Centrafricaine

L’opération BOALI a débuté en 2002 avec la participation d’un détachement militaire français de 200 hommes basé à Bangui. Il comprend un état-major, une compagnie d’infanterie et un détachement de soutien (maintenance, administration, santé et prévôts). Le détachement a soutenu la mise en place d’une force multinationale FOMUC comprenant des détachements gabonais, tchadiens et  congolais .Ces trois pays avec la République centrafricaine forment la communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC).

La FOMUC est devenu la MICOPAX  en juillet 2008 (mission de consolidation de la paix) avec l’arrivée du Cameroun. La MICOPAX  comprend un volet militaire et un volet civil. La composante militaire de celle-ci a pour mission de soutenir les forces armées centrafricaines pour le maintien de la paix et de renforcer leur capacité afin qu’elles soient en mesure d’assurer la sécurité du pays. La MICOPAX est composé de 550 militaires issus des quatre pays (Cameroun, Congo, Gabon et Tchad)

La France a participé entre 2003 et 2006 à la formation de trois bataillons des FACA  en fournissant des détachements d’instruction opérationnelle (DIO) pour l’acquisition des savoir-faire techniques et tactiques , individuels et collectifs.

En vertu d’accords de défense et de sécurité liant la France et la RCA,  à la demande des autorités centrafricaines, les militaires français ont apporté à plusieurs reprises aux FACA un soutien renseignement et logistique, un appui feu aérien et une aide à la conduite des opérations visant à reprendre le contrôle du nord-est du pays occupé par des éléments armés rebelles. C’est ainsi  que le 3 mars  2006 les rebelles sont entrés dans Birao et ont pris à partie les militaires français du 17ème RGP installés dans cette ville. Ceux-ci ont riposté appuyés par des Mirage  F1 provenant  de N’Djaména . et un groupement de commandos parachutistes du 3ème RPIMa . l’aéroport a été ouvert de nouveau dès le 6 mars. En décembre 2006,  les FACA appuyés par de forces de la FOMUC ont repris le contrôle du nord-est du pays.

Cependant de puis avril  2010, les relations avec Bangui sont régies par un « accord de partenariat de défense » qui ne prévoit plus la possibilité pour l’armée française d’intervenir en cas de conflit intérieur dans ce pays. La politique actuelle de la France est de laisser les Africains régler eux-mêmes leurs problèmes. La  progression de la rébellion en RCA en cette fin d’année 2012,  a amené les Etats-Unis à fermer son ambassade et à évacuer ses ressortissants.La France de son côté a réagi à cette menace.  Le 26 décembre une compagnie du 8ème RPIMa de l’opération Boali assure la sécurité des ressortissants français et des emprises françaises de la capitale dont l’ambassade qui avait été prise à partie par des jeunes  instrumentalisés par le pouvoir centrafricain. Dans la nuit du 27 au 28 décembre, une compagnie du 2ème REP est venue en renfort du Gabon, puis le 30 décembre une compagnie du 2ème REI et deux hélicoptères Puma ont été également mis en place. Près de 600 militaires sont actuellement présents. Mais la solution de la situation actuelle est entre les mains du président du Tchad Idriss Déby ou du président congolais Denis Sassou Nguesso.

Ajouter un commentaire