LA FRANCE MUTUALISTE 21Boulevard des Brotteaux 69006 LYON Tel: 04 72 10 06 75 Fax: 04 72 10 90 29

Mail : lyon691@la-france-mutualiste.fr


Situation des différents fronts en 1917

Le front occidental

Les offensives d’avril

Le généralissime Nivelle, qui a succédé à Joffre, se propose de faire tomber le gros saillant allemand entre Craonne et Lens. Au début d’avril, las armées anglaises et françaises passent à l’attaque de la Scarpe à l’Argonne.

Offensive anglaise en Artois

 Après un repli stratégique des Allemands ,entamée , le 9 avril , par le maréchal Douglas Haig, menée par les Britanniques, renforcés de divisions canadiennes et néo-zélandaises ,  elle permet l’occupation de la crête de Vimy (15 avril) par les Canadiens et de la plaine ouest de Lens.

Offensive française sur l’Aisne et en Champagne

L’objectif lointain est l’accès des Ardennes. Les 16 et 17 avril, 180 000 hommes sont lancés à l’assaut avec des moyens importants (premiers chars de combat engagés à Berry-au-Bac). Ils atteignent la crête du Chemin des Dames, gagnent un peu de terrain entre Craonne et Reims, mais finalement aboutissent à un échec.

Offensive de la IV éme Armée sur Moronvilliers

Elle n’atteindra que partiellement ses objectifs entre le 17 avril et le 20 mai.

L’échec de l’offensive générale détermine dans l’armée française une crise du moral et de la discipline touchant plusieurs régiments  de la fin mai à la fin juin. Il y sera porté remède par le général Pétain qui, le 15 mai, remplace Nivelle.

Les offensives de juin à octobre

Offensives anglaises

 

 Du 31 juillet au 6 novembre , dans la bataille des Flandres, -deux armées anglaises et une française – livrent une longue bataille d’usure pour avancer la ligne de contact de dix kilomètres seulement à l’est d’Ypres. 

Carte flandres 1917                         Carte artois 1917

Offensives françaises

Après avoir repoussé les contre-attaques allemandes entre le moulin de Laffaux et le massif de Moronvilliers, du mois de mai à la fin août, l’armée française lance deux offensives limitées, préparées par le général Pétain et dont le succès rendra confiance aux  troupes.

Offensive de Verdun : Le 21 août , l »armée de Verdun du général Guillaumat attaque de part et d’autre de la Meuse ; le front est reporté a hauteur de Beaumont, Samogneux et Béthincourt.

Bataille de la Malmaison : L’offensive commence le 22 octobre, atteint son objectif le 25, contraignant les Allemands retranchés sur le Chemin des Dames et dont la position est prise en enfilade d’ouest en est à un repli stratégique au nord de l’Ailette.

Bataille de Cambrai

C »est une tentative anglaise de retour à la guerre de mouvement, avec des vagues de chars précédés d’un barrage roulant. La ligne Hindenburg est crevée, mais les Allemands récupèrent la moitié du terrain conquis.

Carte article front 1917 nord est

Le front italien

Préparée dans le plus grand secret, l’offensive de la XIV ème armée allemande de von Bellow enfonce , le 24 octobre 1917, le front italien entre Tolmino et Plezzo à Caporetto, tandis que l’armée autrichienne du général Krobatin attaque à son tour dans les Alpes carniques. L’Isonzo est franchi , le 29. Udine est pris. Pivotant autour d’Asiago, le front est ramené derrière la Piave. Le Frioul et une grande partie de la Vénétie sont perdus par les Italiens. L’appoint de 8 divisions françaises et de 6 divisions anglaises aide néanmoins l’armée italienne à opérer un redressement.

Le front russe

En mars 1917, une émeute renverse le régime impérial, l’indiscipline envahit l’armée russe. Kérensky, ministre de la Guerre et de la Marine dans le gouvernement provisoire, nomme généralissime Broussilov. Une dernière offensive est lancée dans la région au sud de Lemberg entre le 1er et le 11 juillet. Elle échoue .Les bolchevistes s’emparent du pouvoir. Le 15 décembre Lénine signe un armistice avec les chefs de l’armée allemande et engage des pourparlers de paix séparée. Incapable de résister seule, l’armée roumaine est contrainte de suivre l’exemple russe.

Il n’y a plus de front à l’est. 

Le front au Proche-Orient

Le général anglais Maude attaque, à partir du 5 février, sur Kut-el-Amara, qu’il prend le 24 ; poursuivant sa progression, il s’empare de Bagdad le 11 mars.

Après avoir contraint d’abord  les Russes à reculer, et ensuite  malgré la présence du général allemand Falkenhayn, côté turc, les Turcs sont battus par les Anglais à Ramadi. Sur le front de Palestine , Gaza est enlevée  le 6 novembre par le général Allenby, qui est le 9 à Ascalon et le 17 à Jaffa. Jérusalem capitule le 9 décembre.