LA FRANCE MUTUALISTE 21Boulevard des Brotteaux 69006 LYON Tel: 04 72 10 06 75 Fax: 04 72 10 90 29

Mail : lyon691@la-france-mutualiste.fr


Le Bataillon de Corée

 

 

Le Bataillon de Corée

par Armand Wallerich , président de l'ACUF de LYON

L'Association des Combattants de l'Union française (ACUF) , regroupe en son sein , outre les combattants d'indochine , ceux de Corée , de Madagascar et maintenant ceux d'Algérie et des OPEX , C'est pourquoi nous avons un devoir de mémoire envers tous ces morts au service de la France.

LA GUERRE DE COREE

Elle débuta le 25 juin 1950 et s'acheva le 27 juillet 1953 par la signature de l'armistice de Pan Mun Jom . Elle opposa la Corée du Nord à la Corée du Sud et les alliés occidentaux  aux communistes . On trouvait du côté de la Corée du Sud , les Etats-Unis d'amérique , l'Australie , la Belgique , le Canada , la Colombie , l'Ethiopie , la France , la Grèce , le Luxembourg , les Pays Bas , la Nouvelle-Zélande , les Philippines , la Thaïlande , la Turquie , le Royaume-Uni et l'Union d'Afrique du Sud ( le personnel médical était fourni par le Danemark , l'Italie, la Norvège , l'Inde et la Suède) et du côté de la Corée du Nord , la Chine et l'Union Soviétique (le personnel médical était fourni par la Tchécoslovaquie , la Pologne , la hongrie , la Bulgarie et la Roumanie).

La partition de la péninsule

Colonie japonaise depuis 1910 , le " pays du matin calme " a été libéré conjointement par les Soviétiques et les Américains en 1945 . Comme convenu à la conférence de Yalta et confirmé à Potsdam , les deux vainqueurs partagent la Corée en deux zones d'occupation avec une séparation sur le 38éme parallèle.

Mais la guerre froide qui éclate presque aussitôt fait de cette ligne un lieu de grande tension internationale.

En septembre 1947 , les Américains portent la question coréenne devant les Nations unies qui décident l'organisation d'élections libres pour la formation d'un gouvernement national . Les Soviétiques considérant que les Nations unies sont trop liées aux Américains refusent d'admettre la commission de contrôle dans leur zone d'occupation et les partis de gauche de tous le pays décident de boycotter les élections . Les Américains de leur côté les maintiennent et portent au pouvoir le vieux leader nationaliste

280px-carte-de-coree-1.png                                               Carte de la Corée dont l'échelle ne permet pas

                                               hélas d'identifier tous les lieux évoqués dans le texte

et anti communiste Syngman Rhee qui , le 19 juillet 1948 , annonce à Séoul la création d'un régime pro-occidental au sud du 38e parallèle , "la République de la Corée ".

En réaction , des élections sont organisées au nord du 38e parallèle sans la surveillance de l'ONU, donnant la majorité aux communistes Le 9 septembre , le secrétaire général du Parti des travailleurs Kim II-sung crée à Pyongyang la "République populaire démocratique de Corée".

Tous deux désirent réunifier la péninsule selon leur propre idéologie politique.

Invasion nord-coréenne

Le 25 juin 1950 , avec la complicité de Staline et de Mao Zedong , 600 000 soldats franchissent le 38e parallèle , profitant d'une infériorité matérielle (pas d'avions de combat ni chars) et numérique de l'armée sud-coréenne qui ne bénéficie guère du soutien matériel des Etats-Unis , à l'inverse des troupes communistes bien équipées , elles , par l'Union Soviétique.

Le 27 juin 1950 , la résolution 83 condamne l'agression nord-coréenne et la résolution 84 du 7 juillet confie aux Etats-Unis le commandement d'une force onusienne sous les ordres du général Douglas Mac Arthur.

ecu-anf2.gif

 

 

Mise sur pied du bataillon français de

Corée (BF/ONU)

 

Le 25 août 1950 , le gouvernement français décide l'envoi en Corée d'un Bataillon formant corps . Cette unité est formée de volontaires venus de métropole et de l'Union française , de toutes les armes et services , active et réserve , entretenue constamment par des renforts qui compléteront les pertes nombreuses. Elle est placée sous les ordres d'un chef prestigieux , Monclar qui , bien que général de corps d'armée , reprend pour la circonstance des galons de lieutenant-colonel.

 

Le Général Monclar (1892 - 1964)

Fils d'une institutrice française en poste à Vienne , Raoul-Charles Magrin-Vernerey , dit Monclar , entre à Saint-Cyr en 1912 et en sort en 1914 pour partir immédiatement au combat dans la Grande Guerre où il se couvre de gloire : gazé , six fois blessé , onze fois cité dont six à l'ordre de l'Armée , capitaine en 1916 , réformé à 90%.

Entre les deux guerres il sert à la Légion étrangère sur divers théatres d'opération.

En février 1940 , il commande deux bataillons de la 13e Demi-Brigade de la Légion étrangère (DBLE) avec laquelle il fait l'expédition de Norvège  où il se couvre une nouvelle fois de gloire à Narvik . A l'armistice , il suit le général Koenig , passe à la France libre , est promu colonel et devient Monclar . Toujours à la 13e DBLE , il participe aux combats africains de la France libre , Dakar , Cameroun , Soudan ,Erythrée... Mais il refuse de s'engager en Syrie dans une lutte fraticide . Il est fait cependant Compagnon de la Libération.

1-monc10.jpg

 

Il exécute ensuite diverses missions comme général de brigade après 1945 et devient inspecteur de la Légion en 1948 Général de corps d'armée , peu avant la limite d'âge de son grade , il prend la tête du Bataillon de Corée le 20 février 1950 avec les galons de lieutenant-Colonel.

Il sera Gouverneur des Invalides de 1962 à sa mort en 1964.

 

Le 29 Novembre 1950 , le bataillon débarque à Pusan ; il est rattaché pendant toute la campagne au 23e RI de la 2e Division de la 8e Armée US et intégre une compagnie de Coréens <<ROK>> (Républic of Korea). Structuré à l'identique des bataillons américains , il peut opérer en dehors du 23eRI.


PRINCIPAUX ENGAGEMENTS

DU BATAILLON FRANCAIS

La reprise de l'initiative : la guerre de mouvement (janvier - octobre 1951)

Le 7 janvier 1951 , le BF/ONU reçoit comme mission de couvrir à Wonju le flanc de la 2e DI en retraite . Ce sera son baptême du feu . Pendant cinq jours de combats ininterrompus , livrés jusqu'au corps à corps, dans un terrain accidenté , le Bataillon freine l'avance chinoise et couvre le repli de la Division.

Les 1er et 2 février , encerclés à Twin Tunnels , à plus de 30km devant le front de la 8e Armée US , le 3e bataillon du 23e RI US et le BF/ONU résistent victorieusement aux assauts de la 125e Division chinoise . Les Français perdent 32 tués et 180 blessés en dix heures .Ce fait d'armes vaut au BF/ONU sa première citation présidentielle américaine.

Du 3 au 16 février 1951 , le 23e RI auquel appartient le BF/ONU , après s'être emparé de Chipyong-Ni à plus de 35km en avant  des positions de résistance de la 8e Armée US , reçoit du général Ridgway l'ordre de constituer un point de fixation sur lequel s'accrochera l'offensive alliée et où viendra buter l'ennemi . La résistance victorieuse offerte aux assauts de quatre divisions chinoises durant trois journées d'encerclement (13 au 16 février) permet la relance immédiate de la 8e Armée vers le 38é parallèle . Ce nouveau fait d'armes vaut au bataillon sa première citation à l'ordre de l'Armée française et sa deuxième citation présidentielle américaine.

Du 3 au 5 mars , la prise de la cote 1037 par le BF/ONU dans le cadre de l'offensive alliée d'hiver , ouvre à la 2e DI US la route d'Honcon et de Chuncheon en direction du 38e parallèle . Ce succès chèrement acquis après trois jours de combats livrés par une température de moins 20 degrés coûta au bataillon plus de 30 tués et près de 200 blessés. Le 6 avril , le BF/ONU franchit le 38e parallèle et , le 18 , atteint le premier les réservoirs de Hyunchon.

Du 16 au 23mai la 2e DI parvient à briser l'offensive chinoise de printemps au nord de Hangye grâce en partie au sacrifice de la section << Pionniers >> du BF/ONU le 17 mai au soir à Putchaetul , sous le commandement de l'adjudant Falise . La section y gagnera sa deuxième citation à l'ordre de l'Armée française . Passant ensuite à la contre-attaque , le BF/ONU franchit à nouveau le 38e parallèle et entre le premier dans Inje.

Ces actions successives valent au Bataillon ses troisièmes citations à l'ordre de l'Armée Française et présidentielle américaine.

En octobre 1951 après trois semaines de combats , le 23e RI et le BF/ONU s'emparent au lance-flammes des avancées de la cote 851 ; c'était la première attaque de nuit exécutée par le Bataillon . A l'aube du 13 octobre , le dernier piton , << Crèvecoeur >> (Heartbreak ridge) tombe aux mains de la 2e compagnie du BF/ONU . Durant ce mois de combat , le bataillon français a perdu 60 tués dont le capitaine Robert Goupil , figure légendaire du Bataillon.

La guerre de position : novembre 1951- juillet 1953

Consécutivement à l'ouverture des négociations d'armistice à Kaesong , la guerre de mouvement se transforme en guerre de position. Le Bataillon français continue de prendre part à toutes les actions menées par la 2e DI . Il est en ligne dans le secteur du << triangle de fer >> dont les sommets sont marqués par des villes en ruines . Chorwon et Kumhwa sont tenues par les Nations unies , tandis que Pyonggang est aux mains des communistes.

Hiver 1951/1952 , le BF/ONU tient position à Kumhwa . En juillet-août 1952 il est à Ty Bone à l'ouest de Chorwon . Du 6 au 8 octobre , sur White Horse et à Arrow Head , il brise l'attaque chinoise à la cote 281 en direction de Séoul . L'ennemi y laissera 600 morts et 13 prisonniers tandis que le Bataillon français eut 47 morts et 144 blessés.

En juin 1953 , le Bataillon est engagé dans le secteur de Chumgasan à l'ouest de Kumhwa ; le 23 juillet 1953 le cessez-le-feu met fin aux hostilités.

Le Bataillon a fait forte impression par son courage , son abnégation et sa volonté tenace de ne rien céder . Il remit à l'honneur le combat au corps à corps et les assauts à la baïonnette . Très souvent en pointe dans les engagements , il permit aux américains de reprendre maintes fois l'initiative dans des situations désespérées , face à un adversaire beaucoup plus nombreux.

LES FAITS D'ARMES LES PLUS MARQUANTS

Les faits d'armes de ce Bataillon sont nombreux . Ceux qui sont retracés ci-dessous ont soulevé l'admiration du commandement américain ; il s'agit de Chipyong-Ni , la cote 1037 , Crèvecoeur et la cote 281 , Arrow head.

CHIPYONG-NI

Le 23e RI , groupement tactique auquel appartient le Bataillon français , occupe l'agglomération de Chipyong-Ni , une position stratégique à 20km en avant des positions US . Le BF/ONU s'installe avec le 23e RI sur des collines assez basses dans un périmètre de 5 km.

Dès l'installation , des patrouilles relèvent la présence de Chinois de plus en plus nombreux . Après une dizaine de jours , l'ennemi n'est plus qu'à 1 km . Le commandement décide de mettre en ligne tout le personnel des services , fusil à la main . Les armes collectives telles que les canons sans recul sont installées sur la même ligne de feu que les mitrailleuses , les mortiers sont en retrait d'une dizaine de mètres.

Dans la nuit , à 22 heures , l'attaque se déclenche . A chaque instant , le long de tout le périmètre , les Chinois tentent de briser le dispositif ; ils se heurtent à une résistance acharnée .

A l'aube , des centaines de cadavres jonchent le sol devant les positions.

Le lendemain , la journée est calme mais les renseignements confirment que le groupement tactique est encerclé par 4 divisions chinoises et donc coupé de ses arrières . Il recomplète ses stocks de munitions et évacue ses blessés par hélicoptère.

Le soir , à 22heures , l'ennemi attaque de nouveau . Le champ de bataille est illuminé toute la nuit par des fusées éclairantes tirées par les appareils de l'US Air Force. Les mortiers du BF/ONU harcèlent toutes les masses qui se déplacent et brisent les attaques ennemies . Vers 2 heures du matin , les Chinois prennent le piton occupé par un bataillon américain qui , malgré de violentes contre-attaques , ne peut pas reprendre la position.

Un escadron de chars avec quelques fantassins réussit à rompre l'encerclement et entre dans Chipyong-Ni après s'être battu pendant 17 km en traversant les lignes chinoises. Dans la soirée , les observateurs signalent des concentrations faisant mouvement du sud vers le nord ; la nuit s'annonce mouvementée mais , contre toute attente , il ne se passe rien .

A l'aube , le champ de bataille était déserté par l'ennemi...

LA COTE 1037

Deux bataillons chinois tiennent un massif qui comprend la cote 1037 ; c'est une position clé du dispositif ennemi. Un bataillon américain tient la cote 1126 face aux Chinois qu'il n'a pas réussi à déloger . Le 2 mars , de nuit , les compagnies françaises escaladent 1126 et relèvent le bataillon américain. Le 5 mars , à 9heures , elles passent à l'attaque de la cote 1037 truffée de casemates , après une préparation très sérieuse d'artillerie . Les sections progressent sur les pentes glacées et neutralisent les défenses les unes après les autres . Malgré quelques contre-attaques , le sommet est conquis , la crête dépassée . Vers 16 heures , l'ennemi contre-attaque une dernière fois mais l'aviation d'assaut intervient et c'est une hécatombe dans les rangs ennemis.

Le bataillon tient la cote 1037 au prix de 33 morts et 115 blessés . Les blessés graves sont évacués par hélicoptère et les autres brancardés durant 11 heures avant d'atteindre un poste de secours.

1037 restera un haut lieu d'une bataille acharnée , héroïque , presque désespérée.

CREVECOEUR ( HEARTBREAK RIDGE)

Il s'agissait d'enlever à l'ennemi un massif important qui gardera le nom de Crèvecoeur . Les opérations dureront un mois car il faudra enlever à l'ennemi une série de points fortifiés . Pour le bataillon français le point culminant sera la prise de la cote 931.

Le 23e RI avait comme mission d'enlever ce sommet ; il y échoua par trois fois ; Le 23 septembre , le Bataillon français se lance à l'assaut et échoue ; Le 27 , une nouvelle tentative est encore vouée à l'échec.

Le général Monclar propose alors une manoeuvre d'enveloppement ; le bataillon déborde à la faveur de la nuit et s'empare de la position après un rapide combat.

Crévecoeur restera pour les combattants un des plus hauts faits de la campagne.

LA COTE 281 : ARROW HEAD

Le triangle de fer dont les sommets sont marqués par des villages en ruines commande deux des principales voies d'invasion vers le sud et menant à Séoul . Les alliés tiennent deux sommets mais le troisième , Pyonggang , est aux mains des communistes . Deux mouvements de terrain importants ,  l'un <<White Horse >> tenu par la 9e division coréenne , l'autre << Arrow Head >> , cote 281 tenu par le bataillon français . Ces deux mouvements de terrain verrouillent le couloir d'invasion.

Le Bataillon français est monté en ligne le 3 octobre et dès le 5 au soir des tirs de mortiers et d'artillerie s'intensifient sur les deux sommets . Dans la journée du 6 , ils deviennent impressionnants ; l'attaque chinoise se déclenche mais vient buter sur la position tenue par la 1ère compagnie . Le déluge d'obus est considérable . Du 6 octobre à 6 heures du matin au lendemain 7 octobre , les vagues d'assaut se succèdent.

Tout un régiment chinois est engagé bataillon après bataillon , il laisse 600 cadavres sur le terrain . La position française tient et les renforts américains peuvent arriver.

A droite , sur White Horse , les positions de la 9e division coréenne sont entamées mais les Coréens lancent contre-attaque sur contre-attaque , appuyés par les Français . Les deux mouvements de terrain sont sauvés.

La résistance française impressionna nos alliés ; beaucoup d'entre eux avouèrent que bien peu de leurs bataillons auraient tenu comme le fit le nôtre.

Voilà un bien glorieux bataillon français qui a forcé l'admiration des chefs américains. Nos compagnies organisaient le terrain et s'arc-boutaient sur leurs positions où venaient rebondir les unités chinoises. Nous y avons laissé beaucoup de morts et de blessés ; la guerre de Corée s'est achevée par la division en deux de ce pays : la Corée du Nord sous régime communiste et la Corée du Sud , démocratie pro-occidentale . Entre les deux a été créée une zone démilitarisée à hauteur du 38e parallèle , toujours en place.

 

75104-13-photo1-g.jpg 

Monument du Bataillon Français

de l'ONU érigé quai de l'Hôtel de Ville Paris IVe

 

 

RECOMPENSES,DECORATIONS ET PERTES

En quittant la Corée , le Bataillon a gagné dans cette campagne , outre l'admiration des unités américaines:

4 citations à l'ordre de l'Armée Française

3 citations présidentielles américaines

2 citations présidentielles de la République de Corée

1898 citations individuelles avec la Croix de Guerre TOE.

Il laissera pour toujours endormis dans la gloire,

287 tués au combat et aura 7 disparus ,12 prisonniers

et 1350 blessés pour un total de 3421 Français qui se sont succédédans les rangs du BF/ONU.

REMISE DE LA FOURRAGERE

Allocution du Général MONCLAR commandant le BF/ONU à la remise de la fourragère le 11 septembre 1951

La fourragère que vous recevez aujourd'hui [ ... ] la fourragère des T.O.E. reconnait , confirme et consacre une tactique , une valeur , un engagement [... ] Vous êtes montés trop haut pour redescendre . Prisonniers de votre passé , vous vous êtes condamnés vous-mêmes aux travaux forcés de la Gloire . Quand vous serez engagés , rappelez-vous que la France est avec vous . Et comme l'exprime le Livre Sacré << Dieu aime ceux qui sont fermes à l'égal d'un mur impénétrable >>.

 

Armand WALLERICH

Président de l'ACUF de LYON