LA FRANCE MUTUALISTE 21Boulevard des Brotteaux 69006 LYON Tel: 04 72 10 06 75 Fax: 04 72 10 90 29

Mail : lyon691@la-france-mutualiste.fr


Ahmed Ben Bella

Ahmed ben Bella, un des chefs historiques du Front de libération nationale (FLN) en Algérie est décédé le 11 avril 2012 à Alger à l’âge de 96 ans. Il avait été admis à deux reprises auparavant à l’hôpital militaire d’Ain Naadja après un malaise. Charismatique et populaire, Ben Bella était né le 25 décembre 1916 à Maghnia, dans l’ouest algérien, dans une famille de paysans originaires du Maroc.

Ancien soldat de l’armée française pendant la seconde guerre mondiale, il figure parmi les neufs chefs historiques du FLN arrêtés en 1956 par les autorités françaises. Nommé vice-président du GPRA depuis sa prison, il est libéré en 1962 et devient premier ministre. Le 10 octobre, il prononce son premier discours à l’ONU. Quelques jours après, il et invité par le président Kennedy à la Maison Blanche.

Il devint ensuite le premier président algérien, de 1962 à 1965 et tente d’implanter le « socialisme autogestionnaire ». Il voulait incarner aux côtés du cubain Fidel Castro, de l’égyptien Nasser, de l’indien Nehru et du chinois Mao Tsé Toung la lutte « anti-impérialiste » et le « non-alignement » du Tiers Monde émergent.

Ahmed Ben Bella été renversé le 19 juin 1965 par un coup d’Etat militaire conduit par son ministre de la Défense , le colonel Houari Boumediene, puis emprisonné pendant une quinzaine d’années. Après sa libération ,il passe dix ans en Suisse et revient en Algérie en 1990.Il tente sans succès de retrouver la politique en fondant le Mouvement pour la Démocratie en Algérie.

Il est resté politiquement actif jusqu’à la fin de sa vie. Depuis 2007, il présidait la Commission des Sages Africains , chargée de la prévention des problèmes du continent noir. Il avait dirigé une ultime réunion à la tête de cette commission l’an dernier à Alger. L’an passé en 2011, il avait reçu chez lui François Hollande.

Les funérailles nationales du premier président de l’Algérie indépendante eurent lieu le vendredi 14 avril 2012 au Carré des Martyrs du grand cimetière d’El Alia. Le président Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil national de huit jours sur l’ensemble du territoire.