LA FRANCE MUTUALISTE 21Boulevard des Brotteaux 69006 LYON Tel: 04 72 10 06 75 Fax: 04 72 10 90 29

Mail : lyon691@la-france-mutualiste.fr


Le Front d'Orient (1915-1919)

Le front d'Orient (1915-1919)

 

 

                          Le Front d'orient (1915-1919)

 

 

 1003_Carte_FrontDorient.jpg

 

 

 

Fin 1914 , à l'ouest comme à l'est , la situation sur le front est bloquée. Les Alliés cherchent alors une manoeuvre de diversion qui rendrait au conflit une mobilité stratégique . Winston Churchill , premier lord de l'Amirauté Britannique , propose un plan d'offensive contre Constantinople , capitale de l'Empire Ottoman , allié de l'Allemagne , par le détroit des Dardanelles . Un plan qui leur permettrait de ravitailler la Russie par la mer Noire et d'encercler les Empires centraux (Allemagne et Autriche-Hongrie).

Après une expédition maritime en février -mars 1915 , un débarquement terrestre est décidé sur la presque île de Gallipoli en avril . Mais les Alliés , bloqués sur les plages par le feu des troupes Ottomanes commandées par le Général Liman von Sandres ,évacuent le détroit des Dardanelles en octobre et débarquent hâtivement à Salonique une partie des troupes pour faire la jonction avec l'armée Serbe. Cette dernière avait eu un début de campagne assez favorable contre l'Autriche-Hongrie , reprenant Belgrade qui était tombée aux mains des Autrichiens en décembre 1914 . Mais la situation devient critique après l'entrée en guerre de la Bulgarie aux côtés des Empires centraux et l'offensive générale Austro-Germano-Bulgare déclenchée le 6 octobre 1915. Les troupes Françaises , dirigés par le Général Sarrail , tentent de venir en aide aux Serbes , mais doivent se replier autour de Salonique ou un vaste camp retranché est créé dans lequel se regroupent les unités Françaises , Britanniques et Serbes qui ont été contraintes à une longue retraite à travers les montagnes du Monténégro et de l'Albanie jusqu'à la mer puis recueillis à Corfou et transférées à Salonique.

Chez les Alliés , de nombreuses réserves sont formulées sur la présence d'un corps expéditionnaire à Salonique . Les Britanniques sont les plus réticents , car ils souhaitent renvoyer rapidement leurs troupes en Egypte, menacée par les ambitions expansionnistes Germano-Turques , et en Mésopotamie pour protéger les puits de pétrole Perses.

Mais en France des voix s'élèvent pour soutenir la présence de troupes dans la région dont celle du Président du Conseil Aristide Briand , fervent partisan du maintien de ce front secondaire contre l'avis même du Général en Chef , Joseph Joffre . Un accord aboutit finalement au maintien du camp vers lequel sont envoyés outre des éléments de l'armée Serbe , des troupes Italiennes et Russes pour venir renforcer les Unités Franco-Britanniques.

Ainsi pen t-on atténuer l'influence Allemande sur la Grèce et se tenir prêt à prêter main forte à la Roumanie dont on attend la prochaine entrée en guerre.

L'attitude de la Grèce cause de nombreuses difficultés aux Alliés dans leur volonté d'action en Orient . En effet ce pays est divisé entre un Roi Germanophile qui a du mal à respecter sa neutralité officielle (Constantin 1er est le beau-frère de Guillaume II) et un Premier Ministre Venizelos , rallié aux puissances de l'Entente dans l'espoir des conquêtes territoriales aux dépens de la Bulgarie et de l'Empire Ottoman.

Après deux années d'hésitations dues aux difficultés politiques qui risquaient en découler ,les Alliés exigent l'abdication du Roi Constantin en faveur de son fils, Alexandre Veniselos est appelé au gouvernement qui se rallie aux Alliés et déclare la guerre aux puissances centrales le 3 juillet 1917 , apportant l'année suivante le concours d'une dizaine de divisions.

S'agissant de la Roumanie , elle est également l'objet de sollicitations des deux camps . Hésitante , elle attend de voir l'évolution de la carte de la guerre pour miser sur un vainqueur . Après les premiers succès remportés par le Général Russe Broussilov à partir de juin 1916 repoussant le front Austro-Hongrois au nord des Carpates , elle entre en guerre aux côtés des Alliés le 28 août 1916 . Cependant ce renfort n'aura pas l'effet escompté . D'une part , cette décision est trop tardive et d'autre part les Alliés espéraient coordonner la participation de l'armée Roumaine à une offensive des troupes de Salonique contre les Bulgares. Mais les Roumains concentrent leur action en direction de la Transylvanie , pour être couverts par les Russes . Si leurs premières offensives sont victorieuses , ils sont rapidement pris en tenailles entre les troupes Austro-Allemandes du Général Falkenhayn au nord et les troupes Bulgares et Turques au Sud . 

Bucarest tombe le 6 décembre 1916 et , à la mi-janvier , la Roumanie est entièrement conquise.

Les Empires centraux disposent désormais d'une importante production de céréales ainsi que de champs de pétrole et de gaz soulageant les effets du blocus décidé dès le début des hostilités par la France et la Grande Bretagne pour détruire l'économie Allemande en interdisant toutes les marchandises à destination ou en provenance d'Allemagne . La défaite Roumaine ruine pour longtemps les espérances liées au front d'Orient les attaques Bulgares sont stoppés par L'Armée de Salonique , mais ont retardé notre offensive. Cependant Monastir est repris le 19 novembre 1916 . L'année 1917 est relativement calme , mais des attaques locales vont se succéder pour améliorer les positions de départ en vue d'une future offensive ou donner de l'air à certains points d'appui enserrés de près par les Bulgaro-Allemands . Salonique devient cependant un front secondaire où les soldats doivent lutter contre la maladie : la dysentrie , le scorbut et les maladies vénériennes , mais le paludisme reste la maladie majeure , présent de manière endémique , 60% des effectifs étaient touchés . Certains journaux Français ironisent en parlant des "jardiniers de Salonique" ; en réalité les salades plantées , cueillis puis consommées par les soldats ne sont qu'un pauvre moyen pour lutter contre le scorbut. Il semble donc difficile d'agir dans ces conditions alors qu'une grande partie des troupes montre un état de santé fragile . En 1917 , le paludisme est enfin arrêté avec la quinine et voit l'entrée en guerre de la Grèce. Désormais le camp de Salonique peut devenir une base de départ pour des opérations plus ambitieuses.

Le Général Guillaumat , nouveau commandant de l'Armée d'Orient en remplacement du Général Sarrail , depuis le 22 décembre 1917 , a reçu à son départ de Paris une mission purement défensive , imposée par toutes les inconnues résultant de la défection de la Russie qui vient de signer le 3 mars 1918 le traité de Brest-Litovsk et qui entraîne déja le transfert vers le front de l'ouest de nombreuses divisions Allemandes , la mise hors cause de la Roumanie , le désastre Italien de Caporetto , la crise des effectifs sur le front de France où l'aide Américaine ne peut être escomptée dans l'immédiat et la menace d'une vaste offensive Allemande en France . Ses efforts vont tendre à maintenir l'intégrité du front Macédonien et à  y fixer le plus grand nombre de forces ennemies , d'abord par des attaques locales assez puissantes , puis par une offensive de grand style . La situation des Alliés s'est améliorée : l'Empire Ottoman s'inquiète des succès de la Grande-Bretagne au Moyen-Orient , l'Autriche est bloquée sur le front Italien et l'Allemagne a déclenché une offensive le 21 mars 1918 sur le front de l'ouest a retiré une partie de ses troupes des Balkans.

Le Général Guillaumat rappelé en France a été remplacé par le Général Franchet d'Espèrey. Ce dernier prépare une offensive généralisée à travers les montagnes face à une armée composée essentiellement de Bulgares . Le 15 septembre 1918 l'armée d'Orient passe à l'offensive avec 8 divisions Françaises , 6 Serbes , 4 Anglaises , une Italienne et 9 Grecques.

L'attaque principale en direction de Belgrade avec des forces Franco-Serbes passe Prilep puis Uskub pour couper l'armée Bulgare en deux tandis qu'une autre action est menée dans la vallée du Vardar par des Unités Anglo-Franco-Hélléniques . Le raid de la brigade de cavalerie du Général Jouinot-Gambetta de 130km , à travers un massif montagneux d'une altitude de 2000m en direction d'Uskub , renforcée par la 22éme brigade coloniale , qui est prise le 29 septembre , et resté célèbre . Un armistice est signé avec la Bulgarie le soir même et élimine un sérieux adversaire.

Le Général Franchet d'Espèrey va continuer avec le gros de ses forces vers la Hongrie une autre partie avec le Général Berthelot vers la Roumanie , enfin une autre vers Constantinople.

Début octobre , le Maréchal von Hindenbourg adresse au Chancelier Allemand le communiqué suivant << Par suite de l'écroulement du front Macédonien , il n'existe plus aucun espoir de forcer l'ennemi à faire la paix >> . L'Empire Ottoman capitule le 30 octobre , l'Autriche le 3 novembre et enfin la Hongrie le 13 novembre qui s'était séparée de l'Empire Austro-Hongrois le 1er novembre . Plus de 300 000 soldats Français dont certains venaient d'Afrique noire , ont combattu dans les Balkans et ont vécu une fraternité d'armes avec les Serbes .  50 000 ne sont pas revenus . La guerre dura encore cinq mois en Roumanie , face aux Bolcheviques , pour l'armée du Danube , qui ne fut réembarqué qu'au mois de mars 1919.

Un monument a été érigé à Marseille pour rappeler le front d'Orient

 

(voir Les chemins de la mémoire mars 2005 , la voix du combattants octobre 2008)