LA FRANCE MUTUALISTE 21Boulevard des Brotteaux 69006 LYON Tel: 04 72 10 06 75 Fax: 04 72 10 90 29

Mail : lyon691@la-france-mutualiste.fr


La Bataille de Verdun

 

 

 

La bataille de Verdun

 

A la fin de 1915 , cela fait un an et demi que la guerre a commencé et il devient urgent d'emporter la décision. Après les échecs des offensives Françaises d'Artois et de Champagne , le front occidental semble définitivement figé. A l'est , sur le front russe , la situation est plutôt favorable aux Allemands . La conférence interalliée de Chantilly des 5 et 6 décembre 1915 prévoit le déclenchement d'attaques simultanées sur tous les fronts au cours de l'été 1916 afin de retenir sur le front ouest les réserves ennemies . Mais les Allemands devancent ce projet . pour eux le sort de la guerre se jouera à Verdun.

Etat des forces.

Depuis la bataille de la Marne , le front de la région fortifiée de verdun est calme. Cette région est un peu négligée du côté allié , d'autant que , d'accord avec le Général Anglais Haig , le Général Joffre consacre le maximum de moyens à la préparation de l'offensive de la Somme fixée au 1er juillet 1916 pour reprendre la guerre de mouvement . Le Général Allemand von Falkenhayn veut également en finir en rendant la guerre couteuse aux Anglais par la guerre sous-marine et a choisi de faire effort sur Verdun en raison du prix accordé par les Français à cette place : en effet c'est la qu'à eu lieu le partage de Verdun entre les petits fils de Charlemagne en 843 mettant en place l'apparition de la France du moment . Une victoire d'un grand effet moral est escomptée en même temps qu'un succès à résonance dynastique , puisque l'armée engagée dans cette bataille est commandée par le Kronprinz . Il entend en outre appliquer une stratégie nouvelle consistant à "saigner à blanc" l'armée Française en ce lieu emblématique . Il s'agit de la piéger et de l'épuiser jusqu'à son effondrement ; le commandement Français ne dispose pas de voie ferrée pour le soutien puisque Verdun est menacé au sud par le saillant Allemand de St-Mihiel qui coupe la vallée de la meuse . Seules existent un cheminde fer à voie étroite venant de Bar-le-Duc et une route départementale qui deviendra  la << Voie Sacrée >> l'artillerie Allemande tient sous son feu la ligne à voie étroite et la route départementale. Le secteur est donc difficile à soutenir au plan logistique . En outre , dans les besoins croissants en artillerie lourde pour préparer l'offensive sur la Somme , tous les ouvrages fortifiés ont été désarmés au cours de l'été 1915 et leur garnison est parfois assez réduite . 

Par contre les Allemands ont préparé leur offensive en aménageant des routes , des abris et des dépôts et en amenant neuf divisions d'infanterie et 1250 pièces d'artillerie . Devant de tels préparatifs rapportés par les services de renseignement et les photos aériennes de l'aviation , la région fortifiée de Verdun , sous les ordres du Général Herr , a été renforcée à la hâte.

La bataille de Verdun comprend deux périodes

Première période du 21 février au 1er juillet

L'attaque Allemande se décompose en quatre phases:

1ére phase: Après une préparation d'artillerie qui dure neuf heures et demie (trommelfeuer) , le 21 février , neuf divisions d'infanterie (six en 1er échelon , trois en 2éme échelon) appuyées par le tir de 1250 canons dont 770 lourds attaquent à 17h00 sur dix kilomètres de front , sur la rive droite entre la Meuse et le bois de Herbebois soit une division sur 1500m et 120 pièces d'artillerie au km. La résistance acharnée des survivants enraye l'avance Allemande et permet au commandement Français d'engager les réserves disponibles . C'est là que se situe l'épisode de la bataille du bois des Caures avec les 56éme et 59 éme bataillon de chasseurs au cours de laquelle est tué le Colonel Driant . Le 24 ,les Allemands atteignent Champreville , Mormont , la côte 378 , Bezonvaux . Le 25 la côte  du Poivre , Louvremont sont enlevés . Le fort de Douaumont , ouvrage principal de la ceinture fortifiée tombe également le 25 février.

2éme phase

Le 25 , à minuit , a donné le commandement de la région fortifiée au Général Pétain qui installe son PC à Souilly , remet en ordre les différents secteurs en réarmant les forts et organise une noria motorisée de transport de troupes et de ravitaillement sur la route Bar-le-Duc , Souilly , Verdun qui deviendra la << Voie Sacrée>> . Sans interruption , les camions se succèdent et alimentent le front en hommes et en munitions . Il passe un véhicule toutes les quinze secondes , 90000 hommes et 50000 tonnes de munitions par semaine . La route est empierrée en permanence . Tout véhicule en panne est poussé au fossé . Les troupes se relaient en permanence , les divisions participent à tour de rôle au combat. Pour la première fois depuis le début de la guerre , l'aviation intervient pour dégager le ciel des engins ennemis et renseigner le commandement . Tous ces changements font remonter le moral de la troupe. Le 4 mars , les Allemands marquent le pas sur la rive droite de la Meuse. Estimant avoir attaqué sur un front trop limité , les Allemands portent leur effort sur la rive gauche visant la côte 304 et le Mort-Homme.

Après une longue préparation d'artillerie , le 6 mars , ils gagnent deux kilomètres en 5 jours . Sur la rive droite , leurs objectifs sont le fort de Vaux , Souville et Thiaumont . Une lutte d'usure s'engage. 

3éme phase

Du 22 mars à la fin avril des assauts violents de l'infanterie Allemande se succèdent sur les deux rives de la Meuse. L'attaque générale des 9 et 10 avril échoue , mais le Mort-Homme est pris et la côte 304 menacée.

4éme phase

Le 1er mai le Général Pétain , qui prend le commandement des armées du Centre est remplacé par le Général Nivelle. Au mois de mai , la lutte se caractérise par des opérations autour de Douaumont qui ne peut être repris , de la côte 304 et au mort-Homme . Du 1er au 10 juin , la lutte s'intensifie autour du fort de Vaux qui tombe le 9 juin . L'eau , les vivres et les munitions sont en quantité insuffisantes et le commandement Reynal et ses hommes capitulent. Les honneurs sont rendus par l'ennemi aux défenseurs . L'attaque de cinq régiments Allemands , le 23 juin, vient mourir à la côte de Froide-Terre . La dernière attaque par 17 régiments en direction de Souville , ou les Allemands arrivent à 3 kilomètres de Verdun , après un bombardement de 70.000 obus au gaz , se solde aussi par un échec.

Souville marque l'échec définitif de l'offensive Allemande sur Verdun.

Deuxième période du 16 juillet à la fin décembre

A partir du 1er juillet , l'offensive alliée sur la Somme va soulager les défenseurs de Verdun, l'étreinte Allemande sur Verdun s'étant relâchée . La contre offensive Française se développe en trois phases:

1ére phase . Elle est marquée , du 16 juillet au 21 octobre par les combats de Thiaumont et de Fleury , du 1er août au 9 septembre par ceux de Damloup , des bois de Vaux et du Chenois pour dégager le secteur de Souville et sur la rive gauche par ceux du Mort-Homme et d'Avencourt.

2éme phase: le 24 octobre le fort de Douaumont est repris , en particulier par le Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc , lors d'une offensive menée par le Général Mangin avec trois divisions puis le 2 novembre le fort de Vaux est à son tour occupé par les Français.

3éme phase: Après un mois de préparation , une opération de dégagement entamée le 15 décembre , permet de reprendre Bezonvaux , Louvremont , la côte du Poivre , Vacherauville . L'attaque est menée aux ordres du Général Mangin , sur 10km de front par 9 divisions dont 5 en premier échelon . Les Allemands sont rejetés à plus de 5 km de Souville. Le 16 décembre , le général Nivelle appelé à remplacer le Général Joffre , céde son commandement au Général Guillaumat . Du côté Allemand le général Hindenburg succède au Général Falkenhayn , disgracié . L'usure de l'armée Française préconisée par Falkenhayn est un échec et l'armée Allemande a subi le sort prévu pour l'armée Française.

A la mi-décembre , les Allemands sont refoulés sur leur position de départ.

Bilan

L'artillerie dans cette bataille a tenu un rôle important et les combats d'infanterie ont été acharnés. Les combats ont coûté à la France 378 000 tués , blessés ou disparus , a l'Allemagne 336 000 . Ils ont laissé un paysage lunaire sur un carré de quelques kilomètres de côté. La prodigieuse énergie du soldat Allemand s'est usée contre l'héroïque ténacité du soldat Français . Verdun est devenu en France le symbole du courage et de l'abnégation.

L'ossuaire de Douaumont a été inauguré en 1929 par le Président Doumergue , un mémorial juif a été ajouté en 1938 et en 1971 un mémorial aux soldats musulmans morts pour la France.