LA FRANCE MUTUALISTE 21Boulevard des Brotteaux 69006 LYON Tel: 04 72 10 06 75 Fax: 04 72 10 90 29

Mail : lyon691@la-france-mutualiste.fr


Journée Nationale en hommage Aux morts pour la France en Indochine

 

 

Allocution du Comité d'Entente des Combattants d'Indochine

 

Ce jour , journée Nationale en souvenir des guerres d'Indochine en hommage aux morts pour la France.

La République a choisi la date du 8 juin . C'est en effet le 8 juin 1980 que fut accueilli dans la cour d'honneur de l'hôtel National des Invalides le cercueil du premier soldat inconnu rentrant de l'Indochine.

Le Gouvernement avait voulu son retour pour manifester son respect à nos frères d'Armes tombés au champ d'honneur.

par la suite , la supression unilatérale des cimetières Militaires Français au Vietnam ramena en Métropole 24000 cercueils . La Nécropole  Nationale de Fréjus fut construite à leur intention.

Nous évoquons tous les Français morts en Extrême orient depuis le traité de coopération signé à Versailles en 1787 par les Rois de France et de Cochinchine.

Nous pensons à la guerre de 1940 à 1945 l'Indochine Française subit l'occupation , les brutalités les tortures de la soldatesque Japonaise . Une résistance s'organisa qui culmina avec le coup de force du 9 mars 1945 contre nos garnisons , qui , inférieure en nombre et en matériel furent réduites et souvent massacrées.

Puis vint le 6 décembre 1946 , l'insurrection vietminh donna le départ de 8 années d'une guerre idéologique totalitaire du collectivisme communiste, la majeure partie de nos Frères d'Armes sont tombés en dehors des lieux historiques , souvent isolément , au détour d'une piste à un croisement de diguettes , ou en centre ville , parfois dans un hôpital ou un camp de prisonniers

Il importe qu'une cérémonie commune rapelle chaque année l'abnégation de tous , dans l'amitié fraternelle , au service de la France.

Parmi les 100.000 morts de ce conflit nous conservons la mémoire des 29.000 Français Métropolitains dont 3000 du Corps de la gendarmerie , des 11.000 Légionnaires , des 15.000 Africains et Nord Africains des 45.000 Indochinois.

N'oublions pas les femmes Militaires , le personnel des services de santé , les unités de soutiens auprès des unités combattantes , les nombreux civils et toutes les victimes de la déportation  dont la mémoire est glorifiée à Fréjus.

Dans cet instant où nous évoquons la guerre d'Indochine , nous sommes étreins par un sentiment où il entre autant d'exaltation que de tristesse .

Notre coeur est partagé.

Exaltation devant l'un des plus beaux exemples de courage des soldats Français . Tritesse que ce courage ait rencontré tant d'indifférence , tant d'incompréhension de la part de la Nation . Cette journée , qui a la force d'un terrible symbole , ranime le souvenir de tous les combattants de la guerre d'Indochine , quels que furent leurs armes , leur grade , qu'ils fussent membres du Corps Expéditionnaire , Tous furent non seulement Français par le sang versé , par la souffrance , par l'idéal , mais ils appartiennent désormais à une même fraternité . Tous mêlèrent leurs rêves , leur courage , leur sang , sur la terre rouge du Tonkin et les eaux boueuses des rizières de la Cochinchine et d'An Nam.

La ferveur que nous inspire le souvenir des combattants d'Indochine , ce sont eux qui l'ont transmise . Ils ont communiqué leur enthousiasme juvénile.

Cette guerre cruelle , cette guerre tragique , ils voulaient la voir au service d'une mission , au service des valeurs universelles de la France.

Beaucoup avaient répondu à l'appel du risque , du romanesque . Ils cherchaient loin de leur terre natale un sens à leur vie . Ils éprouvaient de la tendresse pour ce pays si beau , si attachant . Aussi ont-ils vécus d'une vie intense des moments d'exception même s'ils payèrent au prix le plus fort , celui de la mort , de la souffrance , de l'humiliation.

Mais ce n'est pas ici en ce lieu éclairé par la gloire militaire  , qu'on va apprendre que le métier des armes comporte toujours le risque du sacrifice , il est la marque de l'honneur militaire , cette poésie grave du devoir , qui lui confère une valeur spirituelle.

Cette reconnaissance de leur sacrifice , nous la devons aux morts de la guerre d'Indochine qui nous donnent parfois l'impression d'être des soldats oubliés , des morts sans sépulture . Mais nous la devons aussi aux vivants : les mutilés , les déportés des camps , à ceux qui ont perdu leur sang ou qui sont restés blessés à jamais dans leur âme . Au-delà de la vicissitude des combats , des aléas de la guerre et de la politique , ces soldats malheureux ont illustré des valeurs éternelles . Face a un adversaire dont la bravoure fut égale à la leur , ils ont remporté par leur courage une victoire mystérieuse :

elle laisse derrière eux un sillage de lumière et des étoiles qui ne s'éteindrons jamais.

Merci de votre bienveillante attention;

 

Le Président GNCI-T.O.E.    Roger DAGUE